Navigation

dimanche 19 juillet 2015

Pour un nationalisme sain

Billet d'humeur paru sur Jeune Nation

Décidément, être nationaliste aujourd’hui c’est avant tout se heurter aux nationalistes.
 
Il n’y a pas une semaine sans qu’un sujet, qui aurait dû rester du niveau de l’anecdote racontée à un comptoir, n’en devienne une affaire d’État faisant émerger des discordes incroyables que l’on aurait pu légitimement croire impossible à voir surgir.
 
La mairie de Paris a fait peindre une fresque infecte, d’un mauvais goût absolu, mais néanmoins bien digne de cet « art » contemporain et de cette culture moderne n’ayant pour seul mérite que de réactualiser l’envie de sortir son revolver lorsqu’on en entend parler.
 
Cette fresque, donc, mettait à l’honneur l’Afrique, berceau de l’humanité comme chacun sait, et se distinguait par une phrase des plus infâmes « les Françaises aux Africains. »
 
Quelque temps après l’agitation qu’a créée cette anti-œuvre, on apprenait qu’une certaine Electre était venue repeindre cette fresque, transformant donc ce slogan dégueulasse en un « les Françaises aux Français. »
 
Le geste aurait certainement mérité d’être salué si la personne auteur de ce tag de recouvrement avait été digne d’un intérêt quelconque.
 
En effet, ladite Electre est une jeune femme se revendique actrice pornographique et anime une page internet sur laquelle les valeurs du nationalisme sont loin d’être portées au pinacle.
 
Outre ses origines ethnicoreligieuses des plus douteuses, une vidéo existe dans laquelle la bonne dame se fait filmer, à moitié nue, par un Noir, en train de fumer à son balcon, avant que l’extra-européen ne lui fasse dévoiler sa poitrine.
 
Quelques recherches plus tard, il se révèle également que l’artiste patriote a tourné dans une production du bien nommé Marcel Herskovits, alias Marc Dorcel, titrée La Secrétaire infidèle. Tout un programme certainement, mais plus digne du néo-FN que de Charles Maurras.
 
On passera sur les entretiens de l’actrice, dans laquelle elle estime que la pornographie peut être un moyen de réveiller les consciences nationales, mais que, si elle est opposée au multiculturalisme, tout de même, un beau métis asiatico-hispanique, ça ne lui déplairait pas.
 
C’est un point de vue.
 
Nonobstant, grand branle-bas de combat sur internet. Regardez mes amis, une femme lave l’affront fait à la France en restaurant notre honneur perdu. En voilà une qui a des couilles. Ca tweet, ça statute et ça communique sur cet exploit.
 
 
 
Quelques voix nationalistes ont tout de même objecté le statut socio-professionnel pathologique de la demoiselle qui ne doit plus l’être depuis belle lurette.
 
Grand mal leur en a pris. On a eu droit au grand tralala habituel. Eh oui c’est facile de critiquer quand on fait rien, elle au moins, elle agit, ce ne sont pas les guerriers du net qui sont allés nettoyer la fresque mais bien cette fière prostituée cinématographique, alors un peu de respect s’il vous plaît.
 
Oui, parce qu’il y a un grand principe sur internet, c’est que si on critique une personne, c’est que forcément, on doit se retrouver dans la catégorie des individus qui passent leur temps derrière leur clavier et ne font rien pour la cause. Je pense qu’un scientifique se penchera sur le sujet un jour et pourra élaborer une théorie telle Godwin.
 
Donc toi tu fais rien, salaud de critiqueur, mais elle, entre deux tournages elle fait, et elle fait pour la France, Monsieur, la vraie, celle de Dorcel.
 
Et puis tant qu’à faire, parce que business is business, juste après avoir fait son coup d’éclat médiatique (enfin, médiatique, uniquement dans le milieu patriote), la couillue Electre a fait passer une enchère sur les bas qu’elle portait sur les scènes de son dernier film. « Imbibés d’orgasmes de compétition » comme en témoigné le descriptif desdits objets. 25 Euros l’enchère de départ. Pas cher mon fils pour avoir une relique d’une authentique nationaliste.
 
Pas de petits profits, ça sera sûrement reversé à la cause. Sûrement.
 
Entre temps, une autre anti-œuvre avait été installée à Paris. Un vagin géant. Le genre de chose qui doit faire réfléchir les gens à leur condition et à leur destinée quand ils grignotent leur MacDo à leur pause déjeuner.
 
Et bien, cette œuvre-là elle a été dégradée aussi. Pas par Electre cette fois. Juste par un héros anonyme. Le genre qui ne met pas son ego en avant pour x raisons ou pour raisons classées X.
 
Et bien, ce coup-ci, croyez-le ou non, ça a moins été relayé cette affaire-là.
 
C’était moins sexy sûrement. Peut-être moins d’espérance d’un retour sur investissement.
 
En tout cas, cela nous prouve une chose, c’est que des nationalistes qui ont des couilles, il en reste, et si Electre n’avait pas fait sa petite comm pseudo nationaliste, eh bien il y aurait eu un soldat de l’ombre qui l’aurait effacé ce tag. Et certainement même avec plus de talent, parce que, honnêtement, mais là on va me dire que je suis de mauvaise foi et que je critique sans rien faire d’autres que rester derrière mon clavier, mais son badigeon pour recouvrir le machin anti-français, en plus, il est moche.
 
...
 
La suite sur Jeune Nation